Saisir un ou plusieurs mots de recherche pour accéder aux données

Découvrez nos dernières actualités

Les variétés résistantes rhodaniennes

Modifié le 17/03/2022

Pour répondre aux nouvelles problématiques de la production, des variétés résistantes aux maladies sont à l'étude en Vallée du Rhône.

Les variétés résistantes rhodaniennes
Une variété résistante, descendante de Grenache N

Un projet porté par la profession

Afin de disposer de variétés résistantes aux maladies le plus proches de nos cépages emblématiques de la Vallée du Rhône, Inter Rhône a initié avec l’INRAE et l’IFV un programme de croisements entre le Grenache ou la Syrah et des variétés résistantes au mildiou et à l’oïdium.

Dans l’évaluation de ces variétés le critère d’adaptation au changement climatique sera un axe prioritaire et complémentaire à la caractérisation qualitative (typicité).

 

Le temps long de la sélection

Les croisements pour obtenir des variétés résistantes rhodaniennes ont débuté en 2016. Ce sont des croisements classiques, réalisés par hybridation, en déposant du pollen sur une inflorescence de vigne dont les fleurs ont été préalablement castrées. Les grappes ainsi formées sont récoltées. Après avoir fait germer les pépins et sélectionné les plantules résistantes qui ont germé, des plants ont été pré-sélectionnés sur des critères physiologiques (taille feuille, longueur des entre-noeuds …). 200 variétés ont ainsi été créées et implantées (5 ceps de chaque) depuis 2019. Le dispositif expérimental financé par Inter Rhône est suivi par l’Institut Rhodanien avec l’appui de la Chambre d’Agriculture du Vaucluse sur le Domaine de Piolenc.


La sélection se fera en deux temps :

·           La première phase de sélection est l’observation de ces 200 variétés, pendant 3 ou 4 ans, principalement sur des critères viticoles : observation de la résistance réelle aux maladies et des caractéristiques viticoles et technologiques (précocité, maturité, rendement, potentiel œnologique des raisins…). Un critère de sélection sera également déterminant : l’adaptation au changement climatique. Ce critère englobe les notions de précocité, de comportement viticole en situation de stress hydrique ou de forte chaleur, mais aussi de degré potentiel et d’acidité à la récolte.

·           À l’issue de ces observations sur plusieurs millésimes, les variétés les plus intéressantes seront replantées sur plusieurs parcelles en plus grand nombre pour permettre des observations viticoles, œnologiques et environnementales plus poussées. Cette phase devrait débuter en 2026. Cela permettra de confirmer les résistances au mildiou et à l’oïdium de ces variétés dans différentes conditions pédoclimatiques et d’aller jusqu’à la vinification et la caractérisation des vins obtenus. Les meilleures d’entre elles seront retenues dans la sélection finale en vue d’un agrément et d’une intégration dans les cahiers des charges.

Ainsi, on peut espérer d’ici 10 à 12 ans, disposer de cépages résistants et adaptés à notre région (climat et typicité).


Premières observations viticoles

Les 50 premières variétés plantées en 2019 sont maintenant établies et ont pu être observées en 2021. Les résultats sont intéressants et encourageants.

 

Une diversité impressionnante

Si les variétés observées sont une grande fratrie composée de demi-frères et sœurs descendants de Grenache ou de Syrah, elles sont morphologiquement très diverses ! Des feuilles pleines et entières jusqu’aux feuilles très découpées… Des raisins - rouges pour la plupart- donnant des moûts peu colorés à quasi-noirs !


Résistance au mildiou et à l’oïdium confirmée en 2021

La saison 2021 avec une pression moyenne de mildiou a permis de vérifier la résistance des variétés plantées. Voir photos ci-dessous : fin août, alors que le Grenache témoin non traité était attaqué par le mildiou mosaïque, les variétés résistantes montraient, au plus, quelques petits points noirs nécrotiques à la surface des feuilles.

    

Alors que le Grenache non traité- photo de gauche - présentait fin août une forte présence de mildiou mosaïque sur feuilles, les cépages résistants montraient, au plus, quelques petits points noirs nécrotiques à la surface des feuilles – photo de droite.


Des degrés pas vraiment bas, mais de bonnes acidités

Les prélèvements de raisins ont été réalisés toutes les semaines à l’approche de la récolte. Certaines variétés résistantes ont des degrés élevés, d’autres des maturations plus lentes avec des degrés autour de 12% vers le 20 septembre. Les raisins sont beaucoup plus acides que nos références Grenache et Syrah, avec des acidités totales plutôt autour de 5 g à maturité.


   

Les vignes étaient en troisième feuille en 2021. D’autres croisements – une centaine, plantés en 2021 - seront suivis à partir de 2023. Les observations se poursuivront encore quelques années, avec des vinifications en petits volumes si la récolte le permet, en espérant pouvoir les déguster ! À suivre…