Saisir un ou plusieurs mots de recherche pour accéder aux données

Découvrez nos dernières actualités

Comment poser un diagnostic de bas rendement sur un réseau de parcelles ?

Modifié le 07/07/2022

Intérêt du diagnostic de bas rendement et méthode.

Comment poser un diagnostic de bas rendement sur un réseau de parcelles ?

Lorsque des problèmes de rendement sont identifiés sur un réseau de parcelles, il peut être judicieux d'en préciser les causes.
Pour cela, un diagnostic de terrain, simple et pragmatique, a été élaboré dans le cadre du projet LongVi.
Il est bien adapté à des structures assez importantes (caves coopératives, grands domaines ou des vignobles de négoce) qui souhaitent mettre en place un plan d'action pour regagner des rendements.

Le diagnostic permet alors de cibler les leviers prioritaires les mieux adaptés à sa situation.

Les questions à se poser avant de démarrer

Avant de se lancer dans la méthode, il est utile de cibler la situation à étudier en termes de cépage, type de produit (appellation, cuvée) ou zone géographique et de calculer les rendements à la parcelle.

Ces derniers sont ensuite évalués par rapport aux objectifs du millésime. Le comportement pluri-annuel est également regardé. Ces premières informations permettent de quantifier le problème : combien de parcelles montrent un faible rendement ? Un rendement très faible ? Quels cépages sont plus touchés ?


Sur quelles parcelles réaliser le diagnostic ?

Le diagnostic se réalise sur un millésime et sur un réseau de parcelles. De 100 parcelles, le réseau est ramené à 30 par souci de faisabilité technique du diagnostic après la notation des manquants et de la charge en bourgeon.

A l'intérieur de chaque classe de rendement, il est important de s'assurer que les facteurs âge de la parcelle et exploitant soient suffisamment variés et les classes de rendement bien représentées.


Quel est le suivi terrain à conduire ?

Le diagnostic est réalisé entre le débourrement et la vendange. La plupart des notations sont visuelles, mais quelques analyses complémentaires sont utiles (détection des viroses, analyses sur raisins type delta C13) tout comme le recours à certains outils de diagnostic. Une fois les données de terrain récoltées, une interface de saisie est prévue pour visualiser les données et disposer d'un premier niveau d'interprétation des résultats.

Des graphismes individuels permettent de représenter la diversité des parcelles du réseau sur les différents facteurs limitants du rendement en fonction de la fréquence et de l'intensité avec laquelle ils se manifestent.


Le plan d'action : comment regagner des rendements ?

Le diagnostic réalisé doit permettre d'élaborer un plan d'action en relation avec les viticulteurs qui seront accompagnés dans ce but sur la durée de sa mise en oeuvre.

Si certains facteurs limitants diagnostiqués peuvent se traduire directement en mesure concrète, d'autres demanderont des investigations complémentaires.