Accueil

Actualités

280x170_16306762027440jpg
BILAN MILLESIME #8 au 30 novembre 2021

Côtes du Rhône méridionales

Un millésime plus tardif que les années précédentes avec des vins fruités et équilibrés aux degrés moins élevés.

 

Bilan climatique et phénologique

Après un été 2020 très chaud et sec, l’automne et l’hiver qui ont suivi ont également été peu arrosés, avec des précipitations très largement inférieures aux normales de saison, excepté sur le mois de décembre, ne permettant pas une recharge hydrique du sol.

A l’inverse, les mois d’avril et mai ont vu des précipitations plus fréquentes et abondantes que la normale (+35 à 40%), tout comme le mois de juillet et spécialement le mois de septembre (+45%).

Si les températures de cet hiver sont restées proches des valeurs de saison, excepté sur le mois de février plus doux que la normale (+2°C), le printemps a été particulièrement frais malgré un épisode de chaleur remarquable pour la saison fin mars-début avril. Le mois d'avril a notamment connu une succession de nuits très froides avec de fortes gelées.

Le 8 avril au matin, un épisode de gel d’une exceptionnelle intensité a frappé le vignoble. Des records de températures, vieux de plus de 30 ans, ont été battus à cette occasion avec des températures de -2 à -5°C en moyenne et allant jusqu’à -10°C. Cet accident climatique a touché la quasi-totalité de la superficie de l’appellation.

 

Côtes du Rhône septentrionales

Des vins très aromatiques avec de beaux équilibres

Bilan climatique et phénologique

Durant l’automne 2020, les précipitations ont été assez faibles sauf au mois de décembre où elles ont été bien au-dessus des normales permettant de rééquilibrer le déficit hydrique. La suite du millésime 2021 s’est caractérisée par une pluviométrie très excédentaire.

Fin mars/début avril les températures élevées ont induit un débourrement précoce mais le développement végétatif s’est rapidement ralenti avec la chute des températures. Des épisodes de gelée noire ont été enregistrés dans les nuits du 7 au 8 avril et du 8 au 9 avril. Les températures sont tombées très bas, entre -1°C et -6°C selon les situations. Des dégâts importants avec une perte nette de récolte ont été observés sur certains secteurs et cet épisode a provoqué un ralentissement de la croissance des vignes. De fortes hétérogénéités au niveau de l’avancement de la véraison et de la charge ont aussi été constatées dans le vignoble.

Les températures printanières ont été basses et la fin du printemps a été marquée par des précipitations nombreuses et fortes. L’été s’est poursuivi de la même manière avec des précipitations bien supérieures aux normales saisonnières accompagnées de températures moyennes inférieures aux normales.

La combinaison de ces paramètres climatiques a eu pour conséquence un fort retard de la véraison et une évolution des maturités ralentie. On a constaté un retard de végétation de 10 à 15 jours par rapport à 2020.

 

 

[En savoir plus]